Les réseaux sociaux, « la vraie vie » et moi

(source photo : unsplash.com)

Quelles sont les choses que nous laissons nous définir ? question posée par l’auteur du livre « Radicalement ordinaire ». Il partage son sentiment que nous avons laissé les réseaux sociaux, nos relations sur internet, prendre trop de place dans notre vie, jusqu’à nous définir. Que veut-il dire par là ? C’est à la mode de dire « j’ai laissé facebook me définir », « j’ai laissé la télé me définir ». Est-ce que ça veut dire que facebook décide de qui je dois être, comment je dois me comporter ? Dans cet exemple, ce serait plus précisément l’opinion que mes « amis facebook » ont de moi qui décide de comment je dois me comporter, parce que leur approbation est plus importante que tout pour moi. Le nombre de likes et de commentaires est le baromètre pour mesurer la réussite de ma vie, l’intérêt de ma personne. Lire la suite

Venir en touriste dans une retraite spi : témoignage

touriste retraite spi

(Photo Steve Halama)

Je reviens d’une retraite spi de trois jours pour jeunes pros. Le thème, « may the force be with you ». Nonchalante je m’y rendais, pour découvrir le format et la population de cet événement nouveau pour moi, sans ressentir une énorme soif de recevoir. Comme souvent dans ce type d’événement, je me préoccupais, soyons honnête, davantage des participants et de comment je m’intégrerais parmi eux que du fond. Non pas que je m’en fichais, mais j’y allais en confiance et sans grandes attentes. Lire la suite

En saison d’élections, un devoir plus important que le vote

prier vote chretien elections

(source image : Pascal Müller via unsplash)

Pfiou, la saison des élections, dur dur pour le moral. Bombardés d’informations dans tous les sens, on a du mal à rester sereins. Mis sous pression par tous ceux qui nous répètent que notre vote compte : à les entendre l’abstention c’est presque un crime dans un pays confronté à tant de défis. Alors plein de bonnes intentions, on réfléchit, à qui donnerai-je mon vote. A qui, ou à quoi : visiblement beaucoup s’interrogent aussi sur le sens du vote blanc ou de l’abstention. Dans tous les cas, on donne beaucoup d’importance à cet acte individuel symbole de la démocratie. On peut militer, on peut discuter, on peut s’engager, mais au bout du bout, ce qui compte, ce qui a du poids, c’est le bulletin dans l’urne. En tout cas, c’est ce que je ressens, citoyenne française banale, ni mieux ni moins bien informée que les autres sur les enjeux des élections présidentielles et législatives pour la république française.

Comme je ne suis pas que citoyenne française, mais aussi et bien plus citoyenne des cieux, ce droit de vote que je vais exercer bientôt, je le questionne devant Dieu. Comment bien l’utiliser ? Seigneur, que veux-tu, qu’attends-tu de moi ? Lire la suite

« Jeunes et engagés »

(capture d’écran du documentaire)

Si tu n’aimes pas les articles réservés aux « jeunes », ne pars pas en courant ! Ce titre n’est pas de moi, il est celui d’un documentaire que j’ai découvert il y a peu sur internet : Jeunes et engagés, donc, c’est par là. Il se propose d’illustrer par une série de vidéos d’interviews assez courtes (quelques minutes à chaque fois) les principes de la doctrine sociale de l’église catholique. Mes amis catholiques ont souvent fait allusion devant moi à cette « doctrine sociale », le journal La Croix que j’apprécie beaucoup en parle régulièrement, donc j’étais un peu curieuse d’en savoir plus – sans que ma curiosité n’aille jusqu’à me palucher un bouquin sur le sujet. Lire la suite

Médisance, la suite

pexels_skeptical_man

J’avais écrit il y a quelques mois sur la médisance. Je peux témoigner aujourd’hui que l’approche proposée – en gros, se voir comme le protecteur de la réputation des autres – s’applique de façon concrète, et donne des résultats. Choisir de porter un regard bienveillant sur l’autre, un regard inspiré par le regard de Christ sur moi, fait une réelle différence dans les rapports, à un point que je ne soupçonnais pas. Comme le disent les petites béatitudes*, « vous passerez pour des naïfs, mais la charité est à ce prix ».

Je suis souvent passée pour naïve ces derniers mois en défendant une personne contre l’avis général – et notamment contre ma propre intuition. En m’obstinant à interpréter favorablement tout ce qui pouvait l’être, à contextualiser les erreurs, à pardonner, à user de patience.

Il y a eu, et il y a encore, bien des moments où ma patience a faibli, où la bienveillance ne s’est pas exprimée autant qu’elle l’aurait dû, où j’ai laissé l’agacement ou la moquerie prendre le contrôle de mes paroles. C’est un chemin de progrès, je ne suis pas arrivée au bout. Lire la suite

L’an de grâce 2016

Non non mon ordi n’a pas grillé sous une attaque sournoise de thé renversé, je n’ai pas été opérée en urgence d’une maladie grave, je n’ai pas non plus décidé qu’écrire c’est nul et fatigant et que je me reconvertis dans la course à pied (d’ailleurs c’est fatigant aussi), je n’ai même pas d’excuse (à part 6 semaines sans internet chez moi mais si vous comptez bien ça fait largement plus de 6 semaines que le blog roupille). Et en fait faut-il vraiment une excuse ? Si le blog vous a manqué j’en suis désolée (et très touchée), ce n’est pas que je m’en fichais, mais simplement, je n’avais rien d’intéressant à écrire. Il y a suffisamment de voix intéressantes et justes à écouter, il ne me semblait pas utile de m’obliger à y ajouter la mienne juste pour faire « coucou je suis encore là ».

Vieille expression, « l’an de grâce ». Avec tous les événements tragiques abondamment médiatisés cette année, serait-il exagéré ou déplacé de parler d’une année de gr Lire la suite