Bref. Je passe un concours.

(j’ai écrit ça il y a quelques semaines – si ça peut aider ceux qui passent des concours… pas très original de faire une parodie de Bref, merci de me le faire remarquer, mais c’est un exercice de style rigolo, alors tant pis !)

Respire, ça va le faire.

ça faisait longtemps. J’ai googlé le nom du concours et je suis allée jusqu’à la page 10 des résultats. Checké les groupes facebook, les amicales d’anciens élèves et les annuaires pros. J’ai relu les docs de présentation de la formation jusqu’à pouvoir les réciter de mémoire. D’ailleurs je le fais, quand j’en parle avec d’autres qui pensent le passer aussi. J’ai refait mon CV en changeant un micro-détail par semaine. Je me suis sentie trouver moins sympas les gens dès qu’ils envisageaient de tenter le concours aussi. Je fais une fixette sur le nombre de places offertes. J’ai des phases « ce job est fait pour moi » et des phases « ils sont tous tellement plus brillants que moiii j’y arriverai jamais ». J’ai même acheté un carnet pour noter tous les trucs en rapport avec ça, et j’ai fait des intercalaires dedans, style fille organisée. Je dis à Dieu « je veux pas te commander, tu sais mieux que moi, mais purée ! ce serait trop cool steuplé steuplé » ou des choses approchant. Je donne des conseils aux autres sur la préparation de leur dossier mais ça me fait un peu mal au fond parce que j’ai peur qu’ils prennent ma place.

Oh-oh-oh. STOP ! « J’ai peur qu’ils prennent ma place » ?

Pas de ça lisette. Ma place, qu’elle soit là ou ailleurs, personne ne me la prendra, c’est au-dessus que ça se passe. Dieu distribue les cartes, et il ne se plante pas. D’ailleurs, j’ai aussi la peur inverse, prendre la place qui revient à quelqu’un d’autre, et la réponse est la même.

C’est l’Eternel qui « dispose nos pas », malgré les voies diverses qu’on se propose (cf Prov 16, 9). No panic. (Il faut se le répéter un bon paquet de fois, mais après on respire mieux)

Un matin c’est le grand jour, on est dans la salle avec tous les autres candidats. Evidemment le sujet était bizarrement posé. J’ai pas osé me relire à fond à la fin, trop peur de voir toutes les erreurs que j’avais plus le temps de corriger. J’ai rendu ma copie, je me suis enfilé un paquet de Figolu, et puis je me suis détendue un peu. Plus qu’à attendre les résultats d’admissibilité pour l’oral. Je pense un peu à ce que je dirai, mais j’essaie aussi d’oublier, pour l’instant, pour ne pas être trop déçue si je suis recalée. Dieu a un plan parfait et génial pour ma vie. Avec ou sans ce concours.

Bref. Je passe un concours.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s