Quand on s’envole un peu loin

« Alors, quels champs lexicaux sont présents dans le texte ?

– On voit le champ lexical de l’hospitalité

– La répétition du mot « compassion »

– Et au fait, ça me fait penser à un truc que j’ai lu sur internet, c’est peut-être un peu hors-sujet… »

Haha, un petit goût familier, ce déroulement d’étude biblique qui part doucement en cacahuète décrit ici par Peter Krol.

Non que mon expérience en la matière soit très considérable, elle se limite aux quelques études que j’ai animées dans des groupes GBU (peu nombreuses, mon aptitude à l’esquive de cette responsabilité étant inversement proportionnelle à mon aptitude pour l’exercer) ou en colo.

Passée la première difficulté – mettre tout le monde à l’aise pour que l’étude soit enrichissante et agréable pour chacun, on a très vite un autre problème, qui peut devenir énooorme et faire boire la tasse à tout le groupe : rester dans le texte étudié.

Quand un des participants commence à loucher salement vers le hors-sujet, mon premier réflexe est de recadrer assez franchement, de peur que le groupe ne parte dans tous les sens alors que j’ai sous les yeux un passage super riche et que j’ai sué sang et eau la veille pour préparer une trame d’étude potable. Le recadrage part d’un bon sentiment, mais il n’est pas précisément empreint de grâce…

legende

Tu restes dans le sujet, okay ?

Comment faire autrement ? Peter Krol donne une astuce très simple pour tenir compte des interventions qui louchent vers le hors-sujet sans rabattre brutalement le clapet du rêveur.

Je rajouterais la suivante : s’il y a un pilote dans l’avion, ce n’est pas celui qui anime l’étude, mais plutôt Celui qui en est le centre. Qu’on s’éloigne un peu de ma façon d’expliquer le texte n’est pas si grave, du moment que l’Esprit nous dirige dans la bonne direction pour répondre aux besoins des personnes présentes ; à vrai dire, il les connaît bien mieux que moi.

Publicités

7 réflexions sur “Quand on s’envole un peu loin

  1. « s’il y a un pilote dans l’avion, ce n’est pas celui qui anime l’étude, mais plutôt Celui qui en est le centre. Qu’on s’éloigne un peu de ma façon d’expliquer le texte n’est pas si grave, du moment que l’Esprit nous dirige dans la bonne direction pour répondre aux besoins des personnes présentes ; à vrai dire, il les connaît bien mieux que moi ».

    Joli ! Je n’aurai pas mieux dit.

    Une étude biblique(j’anime des études systématiques de livres de la Bible-et non des thèmes-pour hommes déjà chrétiens), c’est d’abord « écouter le texte », le laisser « nous parler ». C’est aussi « scruter », « sonder », comme le fait un puisatier qui a soucis d’atteindre une source d’eau vive. L’étude biblique permet de boire à la source plutôt qu’au réservoir.

    C’est aussi un chassé-croisé entre plusieurs écueils : le « divorce » du texte ou le plaquage d’idées sur ce texte, réduit à l’état de « faire-valoir »(on cherche ce que l’on veut y trouver), et le collage tellement stricte au texte que l’on ne distingue plus la globalité, au point même d’en oublier l’essentiel : la finalité, qui est l’application.
    Alors que la Bible nous a été donnée, non pour augmenter nos connaissances mais pour inspirer notre conduite(cf Jerry Bridges, dans « Vivre sous la grâce »)
    A noter que l’étude biblique a parfois mauvaise presse(on lui préfère la prière, « la louange », le partage thématique, etc…), car on lui donne une image intellectualiste sans vie et élitiste qu’elle n’a pas.
    Alors qu’il s’agit là de « sucres lents »(à l’inverse des « sucres rapides », dont on perçoit immédiatement l’effet agréable), dont l’effet se remarque sur le long terme.

    Bonne suite et bonne inspiration, au contact du « Cep », pour vos prochains billets !

    Fraternellement,

    « Pep’s »

  2. Mince ! Je viens de me rendre compte d’une coquille plus haut : j’ai écrit « source d’eau vide », au lieu de « source d’eau vive » ! Vous serait-il possible de corriger ma coquille ? Merci d’avance !

    Sinon, exemples de « hors-sujets » dans la Bible : la discussion avec la femme samaritaine ?(imaginons l’évolution si Jésus avait scrictement répondu aux questions épineuses de la femme !) Et la demande de Jacques et Jean, lorsque Jésus annonce à tous ce qui va lui arriver à Jérusalem !

    A bientôt !

    • Coquille corrigée 😉

      J’aime bien l’image des sucres lents et sucres rapides.

      La Bible nous a été donnée pour nous révéler Dieu, donc certes pour inspirer notre conduite, mais fondamentalement, pour le connaître, et que cette connaissance nous transforme. Je n’ai pas lu Bridges, mais j’espère que sa formulation ne prête pas à confusion, on ne va pas réduire la Parole de Dieu à un guide de bonnes pratiques…

  3. Merci !

    J’aime aussi l’image du fleuve : calme, lent en apparence, mais profond, fort (« la force » dite « tranquille » ? 😉 )avec de la vie autour et en-dessous.

    Concernant la citation de Bridges(il est également l’auteur de « La joie de craindre Dieu », dont j’ai parlé sur mon blogue), je n’ai pas perçu le sens que l’on pourrait craindre. Je ne crois pas que c’est ce qu’il a voulu transmettre, en tout cas. Plutôt dans le sens de découvrir Celui dont les Ecritures rendent témoignage(cf Jean 5v39), et appelé par ailleurs « le Dieu véritable et la vie éternelle »(1 Jean 5)afin « que cette connaissance nous transforme ».

    Une lecture, une rencontre qui transforme ! Effectivement.

  4. Un visiteur qui laisse un message dit :

    Et hop, tu nous fais connaître un blog de plus 🙂
    Ce type d’expérience m’apprend aussi l’humilité : même si je crois que quand j’ai préparé une étude biblique, c’est l’enseignement de Dieu que j’aimerais faire découvrir, parfois je glisse facilement sur le sentiment d’être celui qui apporte « la connaissance et la méthode »… le principe d’une étude à plusieurs, c’est aussi se laisser surprendre par ce que d’autres peuvent rattacher au texte, quand bien même ça nous semble parfois un peu éloigné ^^
    … on peut aussi y repérer d’autres sujets à aborder pour plus tard …

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s