« Nous savons qu’il vaut mieux mourir avec Dieu que vivre sans lui »

Phrase-choc ! Tada ! Ne cherchez pas dans votre concordance, ce n’est pas dans la Bible, quoique ça sonne drôlement paulinien – bonjour l’adjectif inventé sur les bancs d’une fac de théologie.

Non, cette phrase est tirée d’une newsletter de Portes Ouvertes  à propos des chrétiens somaliens. Pour info, la Somalie est classée n°2 dans l’Index mondial 2014 de la Persécution, autant dire qu’il ne fait pas très bon confesser Christ comme son Sauveur sous ces latitudes. Et pourtant, quoique isolés, quoique dépourvus de tout, quoique entourés de délateurs potentiels, les chrétiens somaliens peuvent dire :

« Nous sommes conscients des risques mais nous savons qu’il vaut mieux mourir avec Dieu que vivre sans lui ».

Voilà des gens qui vivent au plus près des fameux – et terrifiants, reconnaissons-le – mots de Paul : Pour moi, vivre c’est Christ, et mourir, un gain. (Philippiens 1, 21)

Leur exemple m’encourage. Ces mots qui semblent impossibles à dire avec ferveur, pour eux prennent toute leur consistance.

Dieu ne nous appelle pas à rechercher la souffrance et la persécution, ni à nous réjouir quand elles frappent nos frères et sœurs. Nous pouvons Le louer pour la beauté de leur foi, de leur témoignage, prier pour qu’il rayonne toujours plus.

Quant à moi… avec toute la prudence nécessaire… j’aimerais voir mon Seigneur travailler ainsi dans mon cœur. J’aimerais expérimenter cette conviction, cette pleine satisfaction en Christ. La certitude pleine et entière est une chose rare et précieuse ; on peut consumer sa vie à courir après des chimères. Mais la conviction intime que Christ est tout pour moi… elle remplirait tout, illuminerait tout. Je le crois, car Il l’a promis (en Jean 4, 14, entre autres).

La réclamer explicitement est intimidant, à l’idée du chemin par lequel il faut passer. Un petit pas que l’on peut faire en prière, à défaut de sauter cette grande marche : demander que grandisse et se fortifie le désir – bien faible – que nous avons de Sa présence dans nos vies. Parce qu’Il a promis qu’Il suffit, et que Sa promesse est un roc.

Arrimez votre vie à ce roc !

(Graphisme Adam Tolman, via typographicverses.com)

(Graphisme Adam Tolman, via typographicverses.com)

Publicités

Une réflexion sur “« Nous savons qu’il vaut mieux mourir avec Dieu que vivre sans lui »

  1. Béréenne attitude dit :

    Les chrétiens dans les pays persécutés sont un immense exemple pour nous. Il perde souvent tout … ils risquent la torture, la mort, la prison … leur famille les rejette, leurs amis et … ils restent chrétiens.

    Dans les pays où nous sommes facilement ‘chrétiens de père en fils’, souvent, il y a comme une peur de ‘ne plus ‘être chrétien’, si on ne fait pas ceci et cela. Je ne sais plus qui me disait l’autre jour mais si tu ne fais pas cela, petit à petit tu vas perdre la foi ! Tu DOIS être entouré de chrétiens le plus possible pour ne pas la perdre ! 🙂 🙂

    N’avons-nous pas souvent pris l’habitude ‘d’entretenir notre foi’ par différentes ‘habitudes’ ? Dans ces pays là ils n’ont souvent aucune occasion de se retrouver avec d’autres chrétiens, ils sont entourés de personne qui leur disent même de renier Jésus, mais … et ils ne le renient souvent pas ! 🙂

    Mais par contre, il n’y a pas de demi-mesure, un chrétien dans ces pays est chrétien ‘à plein temps’. Dans tout ce qu’il fait.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s