Sur le chemin du retour

« Je pense qu’un grand nombre d’entre nous, chrétiens, faisons beaucoup de mal par nos propos sur le chemin du retour.

Un homme disait un jour qu’aux jours de son adolescence, il entendit un certain prédicateur prêcher et qu’il fut profondément marqué par ce qu’il entendit. Les larmes lui vinrent aux yeux et il prit la décision de rentrer chez lui et de prier.

Sur le chemin du retour, il était avec deux membres de cette église. L’un d’eux demanda à l’autre : « Eh bien, que penses-tu du sermon? » L’autre répondit : « Il n’était pas tout à fait au clair sur ce point-là. – Il m’a semblé, reprit le premier, qu’il s’avançait un peu trop », ou quelque chose de ce genre. Et l’un démonta une partie du sermon pendant que l’autre démolissait une autre partie, jusqu’à ce que le jeune homme qui les accompagnait ait tout oublié de ce qu’il avait entendu et ressenti. »

Charles Spurgeon, méditation extraite de Courants d’eau pour mon âme.

Scoop : notre Dieu utilise, pour transmettre ses messages, des personnes imparfaites. De nos enseignants réguliers ou occasionnels, aux « styles » divers et qui nous reviennent plus ou moins, aucun n’est parfait; tous sont humains. Bêtement. Étant humains, ils font des erreurs; ici une imprécision, là une bafouille, là-bas une envolée lyrique accouchant d’une interprétation un peu douteuse, un essoufflement en fin de message…

Malgré ces erreurs, aucun de ces messages n’est peine perdue; chaque dimanche, l’Esprit se sert de la parole imparfaite prononcée pour toucher un cœur, deux cœurs, vingt, cinquante cœurs attentifs. Pour les attirer plus près du Père, pour leur rappeler son amour et sa justice, pour répondre à leurs inquiétudes du moment.

Peut-être que ce dimanche, je ne faisais pas partie des quelques cœurs atteints par le message, peut-être qu’il n’a fait que me chatouiller superficiellement, m’encourager vaguement, sans grande révélation.

Peut-être que l’orateur, que je connais depuis longtemps, m’a amusée ou agacée par ses tics, et que j’ai hâte, en sortant, de partager cet amusement avec un ami qui le partagera. Rien de méchant en soi… tant que je reconnais que ce message a pu être reçu tout différemment par d’autres. Et que, si ces autres se tiennent juste à portée de voix, le diable serait trop content de les décourager aussi sec en leur susurrant nos doctes analyses à l’oreille…

 

Publicités

2 réflexions sur “Sur le chemin du retour

  1. Cela me rappelle cette anecdote du prédicateur qui « répétait » son sermon devant un ami, lui partageant ses doutes* : « la première fois que je l’ai lu, je me suis dit qu’il(le sermon)était excellent. Mais à la deuxième lecture, je me suis dit qu’il n’était peut-être pas aussi bon que cela ! »
    L’ami le rassura alors : « ne t’inquiète pas, ils ne l’entendront qu’une fois, ton sermon ! »

    *En fait, il s’agissait d’un grec de l’époque antique, qui faisait écrire sa défense par un professionnel(un « synegore »)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s