Être ou ne pas être du matin

(photo via horngry)

(photo via horngry)

Levez le doigt ceux qui sont du matin. Qui sortent du lit d’un bond léger et gracieux.

Toute mon admiration.

Surtout en cette période vicelarde où le chauffage n’est pas encore allumé (j’aime ma planète et ma facture d’électricité m’aime aussi) malgré que l’atmosphère nocturne se rafraîchit drôlement. Allez, on tient encore une semaine sans l’allumer. Gni.

Éternel, fais-nous grâce : nous espérons en toi.

Chaque matin, sois notre force, délivre-nous au temps de la détresse !

(Esaïe 33, 2)

On ne poussera pas l’audace jusqu’à qualifier de « détresse » le sentiment qui nous étreint quand sonne le réveil (quoique).

On se laissera pourtant joyeusement booster par ce verset d’Esaïe (contexte : prophétie sur la délivrance d’Israël de ses voisins menaçants, par l’action de Dieu) qui nous rappelle que chaque jour vaut la peine d’être vécu avec notre Dieu.

Même si le programme de la journée paraît insurmontable.

Allez, sors du lit ! Le monde t’attend…

photo via misdealt

photo via misdealt

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s