Prie, hé !

De Julie, notre envoyée spéciale au week-end annuel Portes Ouvertes (1-2 novembre 2014, Savigny le Temple).

(photo Julie)

(photo Julie)

Avant, j’étais tiède glaciale vis à vis de l’Église persécutée. C’est le moins qu’on puisse dire ! « Ah, encore un ami qui a changé sa photo de profil en faveur du N arabe ! », « Vite ! Ma coloc est pas là ? Changeons la déco Portes Ouvertes des WC par de jolies cartes postales », « Ah tiens, il prie encore pour l’Église persécutée ? C’est bien, j’aurai pas à le faire … »

Mais ça, grâce à Dieu, c’était avant.

Puis, je suis allée au week-end annuel organisé par l’association Portes Ouvertes. J’y ai rencontré, pendant deux jours vertigineux, des hommes et femmes venus directement de pays où les chrétiens sont persécutés. Où les chrétiens sont dépouillés de tous leurs biens. Déportés, frappés, violés. Rendus veufs, orphelins ou spectateurs du meurtre de leurs enfants. Emprisonnés, torturés, tués.

Et là, j’ai eu le vertige. Face à l’immensité de l’horreur humaine, du péché. Face au quotidien insoutenable qu’endurent ces chrétiens, à leur foi remarquable et à ma vie, si paisible à côté.

Je me suis dit : « en fait, nous sommes des « chrétiens du Capitole » (c.f. Hunger Games), bien installés dans notre confort, alors qu’à côté des chrétiens souffrent pour leur foi ». Et maintenant que j’en ai pris conscience, je fais quoi moi dans tout ça ?

Un pasteur irakien nous invite à venir chez lui, dans la zone rouge où il habite : « Venez ! Sortez de votre zone de confort ! Venez mettre en pratique votre foi ! » : ça se passe comment ? Je prends mon billet tout de suite ?

C’est alors qu’une femme incroyable, qui soutient les femmes violées en Centrafrique, ne nous parle ni de l’horreur de ce qu’elle vit, ni de ce qu’elle voit.

Non. Elle nous parle d’un combat spirituel qu’elle a gagné : elle a réussi à aller vers ceux qui lui ont pris tous ses biens, pour leur proposer la paix et à travers ce séminaire qu’elle a organisé, certains sont venus à Christ. Quelle victoire ! Quelle lumière dans les ténèbres ! Puis elle nous remercie ! Elle et d’autres nous affirment qu’au cœur de l’horreur, ce sont nos prières adressées à Dieu pour eux, qui les portent !

Frères et sœurs, luttez avec moi quand vous priez Dieu pour moi. Je vous le demande par notre Seigneur Jésus-Christ et par l’amour que l’Esprit Saint nous donne.

Paul, dans son épître aux Romains (chapitre 15 au verset 30)

Alors oui, de glaciale, je suis devenue bouleversée vis à vis de ces chrétiens. Et j’ai compris que je dois profiter de la paix de mon pays pour annoncer Jésus, que je peux profiter de ma liberté de posséder une Bible pour la lire, l’apprendre et la méditer !

Mais j’ai compris que, par dessus tout, je ne dois pas oublier de prier intensément pour ces chrétiens persécutés. Et franchement, qu’est-ce qu’une prière, un temps de prière ou une heure de prière, dans nos vies confortablement minutées, pour ces milliers de chrétiens qui vivent des horreurs, que je n’ai vu que dans mes livres d’Histoire ?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s