Un film de filles (ou pas)

Les filles, ces pimbêches toujours en train de médire.

Fille, n. f. : Pimbêche médisante.

Qui mieux que Lucy Dawson peut vous donner envie de revoir un film bien connu en vous reposant les bonnes questions ? Aujourd’hui, Le sourire de Mona Lisa (2003). Au-delà des actrices qu’on aime ou pas (et Lucy et moi on les kiffe), il est temps de gratter sa petite tête et de penser par soi-même… et au passage, c’est quoi être critique, quand on est enfant de Dieu ? Merci Lucy !

Dans une Amérique des années 50, donc il n’y a pas si longtemps que ça, une prof d’art arrive dans un nouvel établissement, une prestigieuse fac (privée) pour jeunes filles (riches). Elle se retrouve face à de jeunes élèves brillantes mais conditionnées à ne pas réfléchir par elles-même et persuadées que leur but ultime et leur ambition suprême est de faire un beau mariage (avec un autre riche quoi) et de beaux enfants. Pour cette femme qui croit à l’importance de l’éducation des femmes et à l’émancipation du joug des hommes, le choc est brutal et elle commence par être en confrontation avec ses élèves. Au fur et à mesure du film, elle réussit à provoquer de l’intérêt chez elles et à les sortir de leurs raisonnements tout faits tout en apprenant à mieux les connaître. Face à l’opposition du corps enseignant et de certaines élèves virulentes, elle va aussi devoir ré-évaluer ses convictions.

Ce film n’est pas forcément un chef d’œuvre, mais je l’aime particulièrement car il traite de pas mal de sujets intéressants . Déjà la place des femmes, dans la société et la famille principalement. Je ne vais pas lancer un débat là tout de suite maintenant, ni dire qui a tort et qui a raison dans l’histoire, mais ça peut être intéressant de voir que des problèmes qui se posaient il y a 60 ans se posent encore de nos jours…

Ce film donne aussi une image intéressante et assez réaliste de l’amitié féminine, dans toute sa complexité, avec les jalousies, la pimbêche attitude, et quand même la complicité et l’amour inconditionnel… (et ouais les gars, les filles c’est tordu en amitié!)

D’ailleurs les gars, parlons-en de vous, là, dignes représentants de la gent masculine ! Vous êtes en train de vous dire que c’est un film de filles… Si, si avouez ! Et bien, c’est vrai que vous ne trouverez pas beaucoup de protagonistes masculins dans cette histoire, et le peu qu’on trouve ne sont pas bien reluisants…

Donc pour vous les gars, qu’est-ce qu’on peut trouver d’intéressant dans ce film ? Bon déjà, je pense que de voir un peu comment fonctionnent les interactions féminines, ça peut être instructif…non ? Bon… Sinon il y a aussi toute une réflexion sur le développement de l’esprit critique. C’est ce que va apprendre cette prof à ses élèves en fait. Et elle va tellement bien le faire, qu’à la fin elle est obligée de se remettre en question en face de la « critique »* d’une de ses élèves.

Un dernier petit point concernant ce film : il traite aussi du vrai bonheur en opposition avec l’apparence extérieure de bonheur que certaines personnes peuvent présenter. C’est un sujet important et toujours d’actualité : nous qui avons trouvé le vrai bonheur, sachons reconnaître ces personnes et le leur montrer ! Alors, un p’tit sourire ??! 🙂

« Si tu veux le bonheur, le vrai bonheur, laisse entrer Jésus dans ton cœur… »

mona lisa smile bicycles via judgmentalobserver

Un p’tit tour à vélo ?

* Petite parenthèse sur le mot « critique » : la critique chrétienne, contrairement à ce que le monde en a fait, se doit d’être constructive et faite dans un esprit d’amour et de sanctification de toutes les personnes impliquées, qu’il s’agisse de critiquer une œuvre, un film…, ou une personne !. C’est Dieu lui-même qui nous encourage à avoir un esprit critique : « Examinez toutes choses et retenez ce qui est bon » (1 Thessaloniciens. 5, 21). A ne pas confondre avec un esprit de jugement, qui est pour moi à proscrire, comme Paul nous le rappelle : « Ne nous jugeons plus les uns les autres. » (Romains 14,13). Sachons les différencier quand nous sommes dans la position de les exprimer, mais aussi quand nous les recevons… Fin de la parenthèse.

Publicités

Une réflexion sur “Un film de filles (ou pas)

  1. Oui, un film très riche qui encourage l’esprit critique, dénonce la manière avec laquelle l’idée de mariage peut être pervertie, pousse à voir la vraie nature des œuvres d’art, des conventions sociales et des gens, au-delà des apparences. J’avais aimé le fait que chaque personnage apprend la clairvoyance sur le rêve ou l’idéal qu’il poursuit, et ça les rend très attachants (enfin je trouve…)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s