Pieds et mains

Dans ma boîte aux lettres l’autre soir, le mag de l’ONG Medair. Thème : « à l’abri, ils peuvent reconstruire leur vie ». Fournir des abris aux familles touchées par des catastrophes naturelles ou des conflits, les associer à la conception et à la construction de logements plus solides, en s’adaptant aux attentes locales : cette approche est juste géniale.

Çame rend hyper heureuse de savoir que mon argent est utilisé comme ça. C’est toujours difficile de savoir si les ONG à qui on donne font bon usage de l’argent, on entend tellement d’histoires, pas seulement de malhonnêteté, mais aussi de décisions pas pertinentes, de colis alimentaires qui pourrissent dans des hangars pour une histoire de paperasse qui manque… ce métier est hyper complexe, reconnaissons-le, et ceux qui l’exercent avec talent… wahou. On sait qui il faut emmener avec nous sur une île déserte peuplée de moustiques hostiles, eux ils sauraient quoi faire.

Indirectement, ça m’encourage à persévérer dans mon travail à moi, même s’il n’a rien à voir avec l’humanitaire: c’est ce travail qui produit mon salaire, dont je peux envoyer une part à Medair et à d’autres organisations qui font du super boulot et bénissent concrètement les personnes que je ne pourrais pas, moi, toucher directement.

On est bien un corps, avec des fonctions complémentaires : le travail des uns fournit les moyens financiers pour que le travail des autres atteigne et bénisse le plus grand nombre, et montre en actes l’amour du Christ, qui est à la tête de son Église. Il n’y a pas de petite contribution, tout concourt à son règne.

Dieu a placé les membres, chacun d’eux, dans le corps, comme il l’a voulu. Or si tous étaient un seul membre, où serait le corps ? Mais maintenant les membres sont plusieurs, et le corps, un.

1 Corinthiens 12, 19-20

Encouragés pour cette semaine ? J’espère !

linh nguyen ghn

(photo Linh Nguyen)

 

Publicités

3 réflexions sur “Pieds et mains

  1. C’est encourageant de se rappeler qu’on peut concourir au travail d’un frère grâce au nôtre, même quand il s’agit d’un domaine apparemment éloigné du sien. Il y a beaucoup de manières de porter du fruit. Ton article me fait penser à ecclésiaste 9.10 : « Tout ce que ta main trouve à faire avec ta force, fais-le… » Tellement encourageant, l’ecclésiaste…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s