Accueillir un nouveau à l’église, l’antisèche

(photo Nathan sur flickr)

(photo Nathan sur flickr)

Sauve qui peut, un nouveau ! Qui se dévoue ?…

Oui on est contents que de nouvelles personnes entrent et participent au culte. Bien sûr on aimerait les accueillir chaleureusement, pour qu’ils soient à l’aise, et qu’ils aient envie de revenir. On le souhaite pour eux, et aussi pour nous, parce qu’on a envie de voir notre église grandir ! Et puis, quels pitoyables chrétiens sommes-nous si nous ne sommes pas fichus d’accueillir correctement les nouveaux venus ?

Oui on est gonflés de bonnes intentions. Mais quand arrive le moment fatidique, après le dernier chant ou la dernière prière, quand toute l’assemblée se lève et commence à papoter avec son voisin, quand tant de visages amis nous font signe, pour demander ou donner des nouvelles, il est bien difficile de se motiver pour aller vers « le nouveau ».

Qu’est-ce que je vais bien pouvoir lui dire ?

Comment être à la fois naturel, accueillant, rassurant, intéressant, comment faire s’il n’est pas bavard, comment, comment, comment… ???

Je penche plutôt du côté feignant qui esquive sa responsabilité d’accueil et la laisse aux autres. Heureusement j’ai au moins deux amies géniales qui, elles, ont beaucoup plus le sens du devoir que moi, et qui ne se dérobent pas ! Leur exemple me stimule pour faire ma part du boulot aussi. En plus, on peut faire de très belles rencontres comme ça.

Le plus dur dans l’accueil, c’est le premier pas. Aller vers eux, se présenter, dire la première phrase après bonjour. Chacun sa méthode, c’est sûr, mais dans ce genre de situation où on est moyen à l’aise, c’est pas plus mal de pouvoir se reposer sur quelques « trucs ». Ok ils sont un peu téléphonés, mais à choisir entre un antisèche téléphoné et l’esquive honteuse qui laisse les nouveaux tous seuls, perso je choisis l’antisèche.

1. Décidez dès avant la fin du culte que vous allez saluer telle personne. On peut même se répartir la tâche à plusieurs, ça donne du courage et ça rend la dégonflette impossible. Toi tu vas là, moi je vais là. Go, go, go !

2. Allez vers la personne tout de suite à la fin du culte, sans vous disperser à saluer d’autres gens au passage, sinon le nouveau esseulé va bien vite remballer ses gaules et rentrer chez lui tout penaud. Epargnez-lui l’inconfort de rester tout seul au milieu des gens qui se saluent, en attendant que quelqu’un daigne s’intéresser à lui.

3. Saluez-le en souriant, rien que ça, ça aide. Ça vous mettra tous les deux dans de bonnes dispositions.

4. Présentez-vous. Pas besoin de raconter toute votre vie ni de lui asséner votre témoignage direct, mais dites un peu qui vous êtes, que vous êtes un habitué de l’église, depuis combien de temps vous êtes là par exemple, que la personne sache à qui elle a affaire.

5. « Et toi, d’où tu viens ? Je crois que c’est la première fois que je te vois ici, bienvenue ! » Oui parfois il faut avoir une phrase toute faite pour ne pas rester sec. Celle-ci marche à tous les coups. Au pire on vouvoie au lieu de tutoyer, si on ne le sent pas.

6. « Comment as-tu trouvé le culte ce matin ? » Deuxième antisèche. Question ouverte, c’est important, qui permet d’engager la conversation plus facilement qu’un « ça t’a plu ? » auquel on peut répondre par oui ou non, et on est bien avancés tous les deux.

7. Pendant la discussion, soyez attentifs à tout ce qui peut vous faire penser à quelqu’un d’autre dans l’église. Pensez : avec qui cette personne aurait le plus d’atomes crochus parmi les membres réguliers de l’église ? Si cette personne est là, essayez de trouver l’occasion de les présenter. Pas sur un prétexte trop foireux pour refiler le boulot à un autre : « tiens, voilà John, sa grand-mère est morte en 2012, comme la tienne ! Allez je vous laisse, vous avez sûrement des tas de choses à vous dire ». Mais s’ils ont réellement un sujet en commun, ça fera une tête connue de plus pour le nouveau, s’il se décide à revenir. En lui présentant des gens, vous lui facilitez – et à eux aussi – ce premier contact, vous brisez la glace, vous ouvrez un chemin pour des échanges ultérieurs. Mettez-vous à sa place : on a toujours moins de mal à aller quelque part quand on sait qu’il y a quelques personnes connues, même assez sommairement, auxquelles se raccrocher. Ne vous esquivez pas dès les présentations faites, restez là pour continuer à discuter, et si vraiment vous voyez que ça accroche bien entre eux, vous pouvez éventuellement les laisser.

8. Dans tous les cas, n’abandonnez pas la personne sans lui donner une perspective de se revoir. Au minimum, dites-lui « au revoir, à dimanche prochain j’espère ! ». Mieux : lui laisser un numéro de téléphone (pas forcément le vôtre, celui du pasteur, d’un responsable de groupe de quartier… ) ou une adresse mail. Bon plan aussi : lui parler d’un événement ou d’une activité à venir en particulier, ou d’un élément du prochain culte. Ça lui donnera une motivation pour revenir.

9. Au pire si vous ne vous en sentez pas capable, allez-y à deux, on a plus d’audace (et de ressources pour lancer la conversation) à deux.

 

Alors, mes antisèches, lamentables ou efficaces ? J’aimerais bien connaître les vôtres ! Honnêtement je les ai écrites autant pour moi que pour les partager. Les lister m’aide à réaliser à quel point c’est faisable, en fait, et par n’importe qui. Qu’on soit spécifiquement dans l’équipe d’accueil de l’église (s’il y en a une) ou pas. Ça me remotive pour le faire.

Oui, ça prend un peu de temps. Du temps qu’on aimerait passer avec les amis de l’église. Mais un petit quart d’heure d’accueil après le culte ne m’empêche pas de retrouver mes amis après. Et puis ce temps donné, est-ce que ce n’est pas une façon – parmi tant d’autres – d’apporter son corps en sacrifice vivant, agréable à Dieu ?

Publicités

7 réflexions sur “Accueillir un nouveau à l’église, l’antisèche

  1. Intéressant article !

    Cependant, je me permettrai quelques remarques. La première, c’est que si c’est difficile pour toi d’aller vers les nouveaux, n’y va pas, ça se verra facilement que c’est fait à reculons ! Une fois en vacances j’ai été accueilli par quelqu’un qui m’a dit bonjour, m’a fait remarquer que c’était la première fois que je venais, puis gros silence de 30s, et il s’est barré sans rien dire. Ben j’en ai fait de même, heureusement je n’étais en vacances qu’une semaine.

    Le deuxième point, c’est que les nouveaux n’ont pas forcément envie d’être accueillis ! Ca peut être étrange à comprendre, mais certains sont réservés et se sentent oppressés d’être accueillis par un grand bavard qui veut tout savoir sur eux. D’autant plus quand ils ont un parcours qui sort un peu des sentiers … ça ne donne pas envie de revenir.

    Je dirais que l’idéal c’est d’avoir une personne qui a vraiment à coeur l’accueil, qui est d’un tempérament très avenant et avec la sagesse nécessaire pour ne pas être envahissant, et qui accueille tout le monde à l’entrée de la salle dès l’ouverture. C’est pas loin d’être un ministère ! C’est la première personne rencontrée par un nouveau et ça laisse souvent un souvenir qui dure longtemps.

    a+

    • Salut Jérémie, merci pour tes remarques.
      Effectivement l’accueil est presque un ministère à part entière, mais c’est aussi une manifestation concrète de l’amour fraternel, et en ce sens, il concerne tous les chrétiens, non ?
      Perso j’ai l’accueil à coeur, j’aime rencontrer de nouvelles personnes et j’aime que les gens se sentent bien chez nous, mais j’ai aussi très envie de passer du temps avec mes amis dès que je les vois… c’est pour ça que j’ai besoin de me forcer un peu, pas parce que l’accueil me dégoûterait et que je le ferais à contre-coeur. Je pense ne pas être la seule dans ce cas, et après en avoir discuté avec des amis, j’ai trouvé que ça valait la peine d’en parler ici.

      Comme chrétien en visite sur une autre église, il me semble qu’on devrait se garder d’être sévère avec l’accueil reçu, qui parfois nous déçoit… quand on sait qu’on n’est pas meilleurs… ça peut même nous faire réfléchir sur l’accueil chez nous et nous donner des idées pour l’améliorer !

      Quand tu dis que les nouveaux n’ont pas forcément envie d’être accueillis, est-ce que tu as un exemple à l’esprit ? J’ai essayé de rédiger mon antisèche en pensant un peu à tous les tempéraments qu’on peut rencontrer mais si ça ne colle pas pour certains, on pourrait l’adapter ?

      • Hello!
        Absolument, dire bonjour est une manifestation de notre amour fraternel, tu as tout à fait raison ! Et je ne parlais pas de toi en particulier, mais ma remarque avait une portée universelle, dans le sens où parfois on se met en pression pour faire des choses alors que ce n’est pas dans nos compétences, on le fait pour être serviable et ça peut faire des catastrophes.

        Quand je dis que parfois les nouveaux de veulent pas être accueillis, ça surprend, mais certaines personnes sont introverties (entre autres !) et souhaitent passer inaperçu pour leur première venue, pouvoir analyser seule ce qu’ils ont vécu, sans ressentir de pression de la part d’un comité d’accueil qui, bien que chaleureux, mets parfois la pression (même involontairement) pour que le nouveau revienne. Oui oui il existe des gens comme ça j’en connais plusieurs !

        Bon je connais aussi des chrétiens qui ont été blessés parce que personne n’était venu leur dire bonjour à la fin de leur premier culte. ..

      • Hmm ok on n’est pas tous aussi portés là-dessus c’est certain, mais on peut tous essayer de s’améliorer un peu n’est-ce pas 🙂
        Pour les introvertis… comment les repère-t-on au juste, c’est toute la question. Dans le doute, il me semble qu’il vaut toujours mieux aller au-devant des gens, et s’ils répondent très brièvement et ne semblent pas désireux de poursuivre la conversation, ne pas insister, effectivement. Merci d’avoir mentionné ce cas de figure !

  2. Garcia dit :

    Merci pour cet article très intéressant. Je trouve quel l accueil dans vos église est vraiment top, et c’est même pour ça que je recherchais des articles qui en disait un peu plus! Donc un Grand MERCI. Continuez comme ça, pour ma part vous me donnez envie de faire pareil chez nous 😀
    Que Dieu vous bénisse et vous encourage.
    Naomi

    • Je suis heureuse d’avoir pu répondre à votre recherche ! On a toujours besoin de s’améliorer, l’accueil ça se travaille toutes les semaines et même entre deux dimanches, mais merci beaucoup pour vos encouragements. Que Dieu vous donne aussi la joie et la persévérance pour accueillir avec amour tous ceux qui se présentent chez vous !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s