Pourquoi le dimanche matin est essentiel (une raison parmi cent autres)

quai_gare_pourquoi_eglise_dimanche_generation_hillsong_nutella

Pour ne pas oublier qui tu es.

Tu es racheté, tu fais partie d’un peuple nouveau, le peuple des enfants de Dieu. Tous ceux qui ont placé leur confiance en Jésus-Christ.

Tu l’oublies parfois dans le tourbillon de tes journées, tu le perds de vue, pourtant c’est la décision la plus importante que tu aies prise de toute ta vie.

Se retrouver ensemble le dimanche matin, autour de notre Dieu pour le célébrer, dire qui il est d’une même voix, c’est la meilleure façon de ne jamais oublier que nous sommes son peuple. Il est notre seul Dieu.

Le peuple d’Israël, quelques siècles après son arrivée glorieuse dans le pays que Dieu lui a donné, est tombé si bas spirituellement qu’il ne rend même plus culte à Dieu (cf Juges 10). Plus de sacrifices, plus d’offrandes, plus rien. Des idoles à tous les carrefours, ça oui, des divisions entre tribus… en fait, Israël en tant que nation aurait pu disparaître à ce moment, tellement elle s’était fractionnée en petits clans indépendants. Par la grâce de Dieu, ils ont pris conscience de leur erreur et rétabli le culte, mais il a fallu pour ça qu’ils se retrouvent très très mal, étranglés par les peuples voisins, et qu’ils se souviennent enfin, en dernier recours, que l’Éternel était leur seule issue, leur seul Rocher, leur seul libérateur.

Ce n’est pas pour le plaisir d’allonger les trajets que Dieu avait expressément commandé qu’un seul lieu de culte soit construit dans le pays, et que tous s’y rendent, de toutes les tribus. C’est en se rassemblant pour l’adorer que les Israélites peuvent se souvenir de qui ils sont : un peuple neuf, tiré de l’esclavage, choisi et précieux pour Dieu.

C’est en se rassemblant en église chaque dimanche que les chrétiens se souviennent de qui ils sont. Par le don de sa vie, Jésus nous a tirés de l’esclavage du péché, il a fait de nous un peuple neuf, pour que nous marchions à sa suite.

En te remémorant qui Il est pour toi, en le louant, en le priant, tu n’oublieras pas qui tu es, toi.

Ma sœur, mon frère : très belle semaine, et très belle suite d’été !

Il n’y a de salut en aucun autre, car il n’y a sous le ciel aucun autre nom qui ait été donné parmi les hommes, par lequel nous devions être sauvés.

Actes 4, 12

PS : Je voulais aussi témoigner qu’écrire l’antisèche sur l’accueil des nouveaux m’a personnellement bien remotivée. Ce dimanche matin, en arrivant avant le culte, j’ai vu un couple que je ne connais pas, assis au fond. Spontanément, sans réfléchir, j’ai pu les aborder et discuter un peu. Pas eu besoin de me forcer, c’est venu comme un réflexe ! Merci Seigneur, et pourvu que ça dure !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s