Retrouver une vraie joie au boulot

« Comment ça se passe, ton travail ? »

Question courante. Au-delà du « ça va » préliminaire et de rigueur, que répondre quand l’interlocuteur semble désireux de creuser un peu ?

« Je suis un peu fatiguée en ce moment mais ça va »

« C’est une période compliquée mais ça ira mieux le mois prochain »

Ou à l’inverse : « C’est plutôt tranquille en ce moment, j’en profite avant que ça ne redémarre à fond »

On répond si souvent les mêmes choses… Que disent-elles de notre rapport au travail ? Par les temps qui courent c’est une chance d’en avoir un. Pourtant à nous entendre en parler, on dirait plutôt un mal nécessaire…

Personnellement, j’ai réalisé tout récemment que mon travail, qui me prend tellement de temps et d’énergie, ne me donne pas autant de satisfaction qu’il le pourrait, parce que je n’ai pas la bonne attitude.
Chaque réunion m’apparaît comme une occurrence pénible, un obstacle inévitable, dès lors que c’est moi qui dois la préparer et l’animer. Inconsciemment, je me projette dans « l’après », un après hypothétique où toutes les réunions pénibles seront passées, et ne resteront que des trucs funs. C’est idiot. Les réunions compliquées font partie de mon job, et même de ses attraits : réussir à faire passer des messages, à faire avancer des idées, c’est le propos de ces réunions, c’est mon rôle. Non pas être incollable sur chaque sujet présenté comme si je passais un examen, mais savoir ce qu’il faut pour atteindre l’objectif qu’on a fixé à la réunion.

Pour vous ce ne sont peut-être pas les réunions qui ont cet effet, peut-être d’autres tâches du quotidien ou éléments récurrents sur le calendrier que vous appréhendez systématiquement…

Il est temps pour moi de changer de perspective sur le temps consacré au travail. J’aimerais le vivre d’abord et surtout comme une mission pour mon Roi, avant tout autre chef. Qu’attend-t-il de moi ? La réponse est sans doute différente pour chacun. Pour moi :
– résister à la tentation de la médisance dans laquelle les conversations entre collègues versent si facilement,
– refuser de m’apitoyer sur moi-même à chaque difficulté rencontrée,
– apprendre à aimer chacun de mes collègues et interlocuteurs comme Lui les aime.

En prenant ce recul, les réunions redoutées me semblent bien moins inquiétantes. Mon objectif est ailleurs. Il ne s’agit pas de me mettre en valeur en pilotant une réunion avec talent, mais de refléter Christ. Christ l’humble, Christ l’aimant. Le Roi serviteur, le Prince de paix.

PS : un article de Tim Challies sur « la vraie productivité », en VO certes, mais qui fait réfléchir.

Bon week-end prolongé, au moins demain personne n’aura le culot de dire que ça va comme un lundi, héhé.

What is productivity? Productivity is effectively stewarding your gifts, talents, time, energy, and enthusiasm for the good of others and the glory of God.

(Tim Challies)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s