L’obéissance, un jour à la fois

(image via pexels.com)

(image via pexels.com)

Une question est restée sur mon cœur depuis deux jours : y a-t-il quelque chose dans ma vie que je sais être la volonté de Dieu, mais que je n’applique pas ?

La réponse me travaille : oui, il y a une habitude de pensée dont j’ai identifié la toxicité depuis longtemps, pour autant je me sens sans aucune force pour y résister. J’ai déjà jeûné de cette pensée, durant quelques jours ou semaines, à plusieurs reprises dans ma vie, mais elle revient toujours ensuite, et n’a rien perdu de sa force d’attraction.

Pourtant c’est clair, « amener toute pensée captive à l’obéissance de Christ » (2 Corinthiens 10, 5) devrait s’appliquer. Ça me semble surhumain. Ce n’est qu’une pensée, après tout, qui m’évite peut-être des actes, qui laisseraient eux une trace de péché bien plus profonde. Enfin, je crois.

Extrait de ce podcast (en anglais) sur le Notre Père ce matin : quand on lutte contre la volonté de Dieu qui nous a été révélée, il peut être décourageant de penser au long terme, alors qu’on pourrait se concentrer sur sa volonté – et sa grâce – pour aujourd’hui. Chaque jour, sa grâce est suffisante pour me donner la force de renoncer à ce qui ne lui plaît pas dans ma vie.

Même si l’idée de renoncer définitivement à ces pensées me rend triste et que ça me paraît impossible, je sais que les écarter l’espace d’une journée, par la grâce de Dieu, c’est possible. Je me souviens aussi que cesser les séries télé addictives me semblait absolument insurmontable il y a 2 ou 3 ans, malgré mes jeûnes périodiques, là encore. Et puis, par la grâce de Dieu seule, j’ai fini par arrêter, et je ne m’y suis pas remise depuis. Je veux croire que sa puissance qui transforme mon cœur et mes pensées est toujours la même aujourd’hui. J’en suis certaine, car Il ne change pas.

Ce n’est pas pour faire un concours de perfection dans la marche chrétienne que je le laisse opérer ces changements dans ma vie. Au contraire, parfois j’ai peur que ces changements ne m’amputent d’une partie essentielle de ma personnalité… pour après coup réaliser que ces craintes étaient vaines. Aussi caricaturale que l’image puisse paraître, le sculpteur donne bien des coups de ciseau pour enlever le superflu et révéler le beau et l’important, ce que lui connaissait dès le départ.

Donc non, je ne veux pas élever une statue à ma propre gloire ; j’aspire plutôt à aller au cœur de la volonté de Dieu pour ma vie et pour le monde, vivre pleinement telle qu’il a souhaité me voir vivre, pour sa joie, pour sa gloire, en sachant que sa joie est la source de la mienne, et le sera pour l’éternité. Ce n’est pas un souhait masochiste, je sais pertinemment que lui obéir est la voie la plus bénie qui soit, même si elle ne supprime pas, ne peut pas supprimer la souffrance. La souffrance se rencontre sur toutes les routes, mais elle n’est pas vaine, elle me fait grandir et me rapproche de Lui.

Alors j’ai foi qu’aujourd’hui je peux discipliner mes pensées pour l’honorer, par sa grâce et non par mes propres forces. J’ai foi que je peux renouveler cette discipline chaque jour.

Je ne te demande pas, Seigneur, de me donner aujourd’hui la force pour dix jours de pensées purifiées. Donne-moi juste la force pour une journée, je t’en prie. Je sais que tu veux répondre à cette prière. Viens en aide à ma toute petite foi… à toi seul la gloire.

Publicités

6 réflexions sur “L’obéissance, un jour à la fois

  1. Amen! Super bien dit et trés encourageant.
    Lamentations 3:22-23 « Les bontés de l’Eternel ne sont pas épuisées, Ses compassions ne sont pas à leur terme; Elles se renouvellent chaque matin. »

  2. Ella A. dit :

    Bonjour, je suis touchée par ce témoignage, parce que c’est vraiment une question que Dieu nous demande de nous poser à chaque pas de notre marche avec Lui : y a-t-il quelque chose dans ma vie que je sais être la volonté de Dieu, mais que je n’applique pas ?
    Que le Seigneur te fortifie et te donne encore à coeur de Lui plaire dans les moindres détails.
    Et merci pour ce blog, que je découvre : ce que tu écris m’encourage.

  3. Nancy dit :

    Le Seigneur me donne la capacité à chasser ces pensées.
    Le fait-il par le biais d’activités diverses dans lesquelles je vais me réfugier ? Ou le fait-il lorsque je suis en train de conduire ou faire ma vaisselle, la où finalement je suis la plus vulnérable ?
    Oui je veux avoir cette foi… la foi qu’il va changer ma vie, qu’il change déjà ma vie. Et mes pensées seront alors orientées vers autre chose … vers les autres, vers lui.
    « Je peux tout en celui qui me fortifie. »
    Seigneur fortifie nous !!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s