« Je ne veux pas y aller »

C’est comme si j’étais en haut d’un méga toboggan ou au bord d’un haut plongeoir. Au début du plongeoir plutôt, hésitant pour m’y avancer.
Seigneur, je ne veux pas y aller. Je n’y irai pas de mon plein gré. Il faudra que tu me pousses.
Le Seigneur ne m’a pas poussée ; il a sauté avec moi.

Lire la suite

Publicités

Tu peux tout recommencer

jack-finnigan-602535-unsplash

Fin de Carême ce soir.

Le Carême est revenu à la mode chez les protestants, davantage de personnes s’interrogent sur la façon de donner une tonalité particulière à cette période. C’est intéressant, ça peut produire beaucoup de bons fruits. Pourvu toutefois que ça ne devienne pas une performance spirituelle. Il n’y a rien à réussir, rien à gagner : le sens du chemin vers Pâques est justement de se remémorer que par nous-mêmes nous ne pouvons nous sauver, c’est pourquoi Christ est venu, a souffert, est mort. Mais Il est ressuscité !

Ça tombe bien qu’il ne s’agisse pas de réussir, parce que je n’ai rien « réussi » d’intéressant pour ces quarante jours, et tout juste vais-je « réussir » à écrire un petit article ici. Je le fais parce que je voudrais parler de la beauté de Pâques… mais les mots me manquent et chacun peut la vivre dans sa vie. Encouragée par les nouvelles qui nous viennent d’Irak cette semaine, je voudrais vous partager ma conviction profonde que rien n’est impossible à Dieu et qu’il peut créer des nouveaux commencements partout, même là où règne le désespoir le plus complet. Lire la suite

Quand tu ne peux rien faire d’autre qu’attendre

Il y a des moments où le chemin s’arrête. Pas une impasse, un cul-de-sac où tu n’as plus qu’à faire demi-tour, non : plutôt comme une annonce au haut-parleur « notre train est actuellement arrêté en pleine voie pour une durée indéterminée, merci de ne pas tenter d’ouvrir les portes ».

Assis dans ton fauteuil, tu ne peux rien faire. Lire la suite

Venir en touriste dans une retraite spi : témoignage

touriste retraite spi

(Photo Steve Halama)

Je reviens d’une retraite spi de trois jours pour jeunes pros. Le thème, « may the force be with you ». Nonchalante je m’y rendais, pour découvrir le format et la population de cet événement nouveau pour moi, sans ressentir une énorme soif de recevoir. Comme souvent dans ce type d’événement, je me préoccupais, soyons honnête, davantage des participants et de comment je m’intégrerais parmi eux que du fond. Non pas que je m’en fichais, mais j’y allais en confiance et sans grandes attentes. Lire la suite

L’an de grâce 2016

Non non mon ordi n’a pas grillé sous une attaque sournoise de thé renversé, je n’ai pas été opérée en urgence d’une maladie grave, je n’ai pas non plus décidé qu’écrire c’est nul et fatigant et que je me reconvertis dans la course à pied (d’ailleurs c’est fatigant aussi), je n’ai même pas d’excuse (à part 6 semaines sans internet chez moi mais si vous comptez bien ça fait largement plus de 6 semaines que le blog roupille). Et en fait faut-il vraiment une excuse ? Si le blog vous a manqué j’en suis désolée (et très touchée), ce n’est pas que je m’en fichais, mais simplement, je n’avais rien d’intéressant à écrire. Il y a suffisamment de voix intéressantes et justes à écouter, il ne me semblait pas utile de m’obliger à y ajouter la mienne juste pour faire « coucou je suis encore là ».

Vieille expression, « l’an de grâce ». Avec tous les événements tragiques abondamment médiatisés cette année, serait-il exagéré ou déplacé de parler d’une année de gr Lire la suite

« Priez sans cesse », mission impossible ?

(photo Greg Rakozy)

(photo Greg Rakozy)

Qu’est-ce qui est le plus dur, lire la Bible tous les jours ou prier tous les jours ? Choisissez votre camp.

Pour moi la prière est bien plus difficile que la lecture. La lecture me permet de fixer mon attention sur un texte, d’en chercher le sens et les implications, alors que la prière me conduit systématiquement à divaguer d’une pensée à l’autre, pour finalement retomber sur les inquiétudes qui sont en toile de fond pour moi à ce moment-là ; au lieu de déposer mes fardeaux devant Dieu et de fixer les yeux sur Jésus, finalement je regarde mon nombril, encore plus que d’habitude. Lire la suite