En saison d’élections, un devoir plus important que le vote

prier vote chretien elections

(source image : Pascal Müller via unsplash)

Pfiou, la saison des élections, dur dur pour le moral. Bombardés d’informations dans tous les sens, on a du mal à rester sereins. Mis sous pression par tous ceux qui nous répètent que notre vote compte : à les entendre l’abstention c’est presque un crime dans un pays confronté à tant de défis. Alors plein de bonnes intentions, on réfléchit, à qui donnerai-je mon vote. A qui, ou à quoi : visiblement beaucoup s’interrogent aussi sur le sens du vote blanc ou de l’abstention. Dans tous les cas, on donne beaucoup d’importance à cet acte individuel symbole de la démocratie. On peut militer, on peut discuter, on peut s’engager, mais au bout du bout, ce qui compte, ce qui a du poids, c’est le bulletin dans l’urne. En tout cas, c’est ce que je ressens, citoyenne française banale, ni mieux ni moins bien informée que les autres sur les enjeux des élections présidentielles et législatives pour la république française.

Comme je ne suis pas que citoyenne française, mais aussi et bien plus citoyenne des cieux, ce droit de vote que je vais exercer bientôt, je le questionne devant Dieu. Comment bien l’utiliser ? Seigneur, que veux-tu, qu’attends-tu de moi ? Lire la suite

Publicités

« Priez sans cesse », mission impossible ?

(photo Greg Rakozy)

(photo Greg Rakozy)

Qu’est-ce qui est le plus dur, lire la Bible tous les jours ou prier tous les jours ? Choisissez votre camp.

Pour moi la prière est bien plus difficile que la lecture. La lecture me permet de fixer mon attention sur un texte, d’en chercher le sens et les implications, alors que la prière me conduit systématiquement à divaguer d’une pensée à l’autre, pour finalement retomber sur les inquiétudes qui sont en toile de fond pour moi à ce moment-là ; au lieu de déposer mes fardeaux devant Dieu et de fixer les yeux sur Jésus, finalement je regarde mon nombril, encore plus que d’habitude. Lire la suite

Ces petits raccourcis qui nous arrangent

« Conception de base de l’Eglise universelle : d’un côté les persécutés, qui vivent dans des pays fermés, souffrent, sont menacés, mais expérimentent la paix de Dieu et sont animés d’une grande motivation pour témoigner, qui permet aussi que de très nombreux nouveaux convertis s’ajoutent sans cesse à leurs communautés.

De l’autre côté, les chrétiens occidentaux, qui vivent dans des pays où la liberté religieuse est un acquis bien ancré, mais sont paradoxalement assez frileux pour évangéliser et pas très fervents dans leur foi.

– Oh la, stop ! Pas d’accord. Tout le monde n’est pas ramolli dans nos églises de France et de Navarre. C’est un stéréotype à deux balles.

– Quoi, ça te choque qu’on mette tous les chrétiens « d’Occident » dans le même panier, juste parce qu’ils vivent dans des conditions comparables ?

– Ben ouais, quand même !

– Par contre ça ne te fait rien que je fasse un amalgame de tous les chrétiens « d’Orient » ? Le contexte ne fait pas tout, comme tu dis. Certains là-bas sont découragés, en Irak par exemple, que des milliers de croyants ont fui face aux menaces et aux attentats. A l’inverse, il y a aussi des pays, comme le Pakistan, où la persécution semble s’apaiser un peu, loin de nos schémas de pays voués inéluctablement à maltraiter les chrétiens toujours plus durement. »

(source des infos : Portes Ouvertes)

Perso, ça m’encourage à prier de façon moins schématique, plus pragmatique pour mes frères et soeurs persécutés.

Moins schématique : ne pas prier pour une masse indifférenciée de chrétiens souffrants, sans croire vraiment que Dieu pourrait décider de les soulager.

Plus pragmatique : prier pour leurs besoins concrets, suivant ce que je peux en connaître et pas uniquement avec des formules abstraites du style « tiens-toi près d’eux » (euh, il ne t’a pas attendue pour le faire) ou « renouvelle leurs forces », « fais briller leur lumière »… je pourrais écrire un best-of de mes prières bien intentionnées mais un peu automatiques.

cheshire cat

Maiiiis il y a un petit racccourciiii…

Comment prier pour ceux qui ne connaissent pas Christ : une petite liste bien pratique

Traduction personnelle de l’article publié par Adam R. Holz sur le site www.boundlessline.org (ce site est une mine d’articles intéressants, faites-y un petit tour !) sous le titre What to Pray for Those Who Don’t Know Christ.

Comment prier pour ceux qui ne connaissent pas Christ

A l’automne 1988, je suis parti faire ma première année de fac à l’université de l’Iowa. Je me revois quitter ma ville en voiture, je roulais très vite. J’étais impatient de laisser cette vie de petite ville derrière moi. J’étais impatient d’entrer dans ce nouveau chapitre de ma vie.

A l’époque, j’étais aussi à la recherche de Dieu. J’avais grandi dans une église, et il est probable que je Le connaissais déjà vraiment (un jour je Lui demanderai ce qu’il en était). Mais quelques expériences amères au lycée m’avaient rendu méfiant vis-à-vis de l’église. Et vis-à-vis de Dieu. J’étais le fils prodigue typique.

Avant mon départ, ma mère m’a donné une Bible. Sur le moment, ça m’a un peu agacé. Cette Bible était un rappel de la foi dans laquelle j’avais grandi, une fois que j’essayais, en quelque sorte, de laisser dans mon rétroviseur. Mais ça m’a aussi touché, peut-être à peine consciemment, de voir qu’elle attachait tant d’importance à ma foi – ou plutôt à mon manque de foi. ‘Je prierai pour toi » m’a-t-elle dit tandis que je chargeais mes affaires dans ma Ford Capri délabrée.

Je savais qu’elle le ferait. Ma mère priait tout le temps, pour ses enfants, pour beaucoup d’autres personnes. J’ai répondu « Ok, maman » en casant ma Bible neuve dans la voiture avec le reste.

En fait, les prières de ma mère ont eu une réponse assez rapide, puisque, à l’université, je suis tombé en plein sur un groupe de chrétiens dont la foi était simplement irrésistible. Ils aimaient les gens, et priaient pour eux, comme ma mère. Comme elle, beaucoup d’entre eux (y compris mon coloc) m’ont dit qu’ils priaient pour moi.

Toute résistance était évidemment vaine. Avant la fin du premier semestre, j’ai donné ma vie entièrement à Christ. Peu après, je me suis investi dans « Navigator », un ministère d’évangélisation sur les campus universitaires.

Peu après je crois, j’ai assisté à une conférence où l’orateur a abordé la question de comment prier pour les non-chrétiens. en toute honnêteté, je ne me souviens pas du nom de cet orateur. Mais je me rappelle bien les principes qu’il a énoncés, parce que je les ai écrits à l’intérieur de la couverture de ma Bible, sous le titre « Que demander en prière pour les non-chrétiens ».

J’aimerais les partager avec vous maintenant, ainsi que les références bibliques dont ces principes sont tirés.

1. Que Dieu les attire à Lui. (Jean 6:44)

2. Qu’ils cherchent à connaître Dieu. (Actes 17:27, Deutéronome 4:29)

3. Qu’ils croient les Ecritures. (1 Thessaloniciens 2:13, Romains 10:17)

4. Que Satan soit empêché de les aveugler. (Matthieu 13:19, 2 Corinthiens 4:4)

5. Que le Saint-Esprit travaille en eux. (Jean 16:8-13)

6. Que Dieu leur envoie quelqu’un qui les guide vers Christ. (Matthieu 9:37-38)

7. Qu’ils reconnaissent Christ comme leur Sauveur (Jean 1:12, 5:24) et le confessent comme leur Seigneur (Romains 10:9-10). 

8. Qu’ils se détournent du péché. (Actes 3:19, 17:30-31)

9. Qu’ils laissent tout pour suivre Christ. (2 Corinthiens 5:15, Philippiens 3:7-8)

10. Qu’ils s’enracinent et grandissent en Christ. (Colossiens 2:6-7)

C’est une liste conséquente, elle couvre un grand nombre d’aspects. (Et au passage, la plupart sont aussi applicables à ceux qui connaissent déjà Christ.) Je me rappelle que durant ces années à l’université, j’ai utilisé cette liste pour prier régulièrement et ardemment pour 4 ou 5 amis proches rencontrés là-bas, qui n’étaient pas croyants. Cette période de ma vie a été riche en croissance spirituelle et en intercession, et j’ai prié suivant cette liste inscrite dans ma Bible pendant des années.

Pourtant, je dois reconnaître que mon intercession pour ceux qui ne connaissent pas Christ a perdu en ardeur et en régularité au fil des années. J’aimerais m’y engager de nouveau ; je partage cette liste de prière avec vous aujourd’hui autant pour m’exhorter moi-même que pour vous encourager, je l’espère, dans votre vie de prière.

En laissant de côté les inconséquences de ma propre discipline de prière, je suis convaincu que Dieu utilise la prière – par des chemins que nous ne pouvons peut-être pas comprendre tout de suite – pour attirer des âmes à lui. Et je suis tout aussi convaincu que ce temps que nous passons à prier pour les autres, chrétiens ou non, est utilisé par Dieu pour travailler dans nos âmes et pour nous transformer à la ressemblance de son Fils.